Education·Humeur·Loisirs

Mardi Gras ou le prétexte pour évoquer le langage

Allez, c’est parti ! Sortez vos plus beaux costumes, vos masques et perruques, et confectionnez beignets (bottereaux, merveilles, bugnes selon d’où vous venez) et crêpes. C’est Mardi Gras !

En vrai, j’avais zappé. C’est un texto de la Nounou de Martin qui m’a rappelé à l’ordre.
« Picasso au travail » mentionnait le message. Pauvre Picasso… S’il voit qu’il est associé à l’art de mon fils, il doit se retourner dans sa tombe 😀

01

02
Son masque pour le Carnaval est prêt 🙂

Ce qui est sûr, c’est que Martin aime toucher. La peinture mais aussi la nourriture. Cela fait partie de l’apprentissage. Hier encore, il a terminé son repas avec des pâtes et des épinards entre les doigts. Je ne suis pas contre. Il doit toucher les matières. SAUF lorsque cela se passe en dehors du terrain de jeu, à savoir la tablette sur laquelle il mange.
Non parce que je veux bien, je suis tolérante, patiente mais j’ai aussi mes limites. Un jet d’épinards sur le mur, bizarrement, ça ne m’amuse que moyennement.
Et dans ce cas, je rappelle gentiment les règles du jeu à Martin 😀 😀 😀 Une fois, deux fois… et après je confisque l’assiette. Je vous l’ai dit, j’ai une patience limitée.

J’ai d’ailleurs revu mon « langage » lorsque je parle à Martin (merci Isabelle Filliozat, psychothérapeute – son site est à découvrir ici)
Par exemple, je ne lui dis pas : « ne jette pas les épinards sur le mur ». Non, car il risque de retenir « jette – épinards – mur ». Et c’est tout le contraire qui va se produire.
Alors, je préfère lui dire : « tu peux prendre les épinards avec tes doigts. Mais les épinards restent dans l’assiette ou sur la tablette« .
En fait, j’évite la négation que ne comprennent pas bien les tout-petits, même si à 16 mois, je pense que Martin a déjà assimilé pas mal de choses.

Le « stop » à la place du « non », j’y arrive plus ou moins. Mais surtout, lorsque Martin s’approche d’un objet « interdit », je lui explique. Par exemple : « Ces assiettes sont à Papa et Maman. Elles doivent rester dans le placard. Viens, on va jouer avec tes assiettes à toi. » Et je le dirige, physiquement, vers sa cuisinière.
J’agis très souvent de la sorte, en le redirigeant vers une activité ou un jeu autorisé(e). Et la méthode s’avère plutôt efficace.

Autre méthode : je le laisse participer à des activités d’adultes avec des règles. Martin va mettre tout seul sa couche à la poubelle. Et je l’incite à m’aider si besoin. Et je le sens très fier après avoir mené ce genre d’actions.
Lorsque l’on débarrasse le soir, Martin veut évidemment nous aider. La vue du lave-vaisselle est très tentante. Je le laisse mettre ses couverts en plastique dans le range-couverts. Et il m’aide à mettre les cuillères. Tout en sachant qu’il n’a pas le droit de toucher aux couteaux. Encore une fois, il est ravi de voir que je lui confie des « responsabilités ».

Mais ça m’intéresse de savoir quelles méthodes vous utilisez avec vos loulous.
Quel langage adoptez-vous ? Avez-vous des astuces anti-crises ?
Car on le sait aussi : ce qui marche un jour ne marche pas pour toujours 😉
(Ouai, c’est mon nouveau dicton !)

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s