Education·Loisirs

La ferme à toucher

La patience n’est pas la qualité 1ère de Martin. Mais j’ai bon espoir qu’il puisse l’acquérir ces prochaines années, avec mon aide, of course ! Depuis plusieurs semaines déjà, son temps de concentration se rallonge drôlement. Je l’ai observé, la Nounou également.

Et comme chacun de nous, il a ses préférences. Bizarrement, il peut rester de loooooooonnnnnngues minutes à faire la « bag » (=bagarre) sur le lit de ses parents avec l’un de nous. Ramasser des feuilles et cailloux dehors pourrait occuper la totalité de sa journée sans problème. Il peut enchaîner une dizaine de livres, dans sa chambre, assis sur sa chaise ou à même son tapis, sans que sa patience en prenne un coup.

En revanche, pour les puzzles d’encastrement, c’est une autre histoire. Si la pièce est mise de travers et ne rentre pas dans son emplacement, Martin se met carrément en mode « je-m’en-foutiste ». Et cela ne l’intéresse pas le moins du monde de regarder sa maman lui enseigner la technique. On en reparlera car il en a de drôlement sympas !

Aujourd’hui, je vous partage un jeu que j’adore. Et Martin commence à accrocher aussi.
Il s’agit de La Ferme à Toucher de Nathan.

01

« Toucher, caresser, manipuler : le bébé découvre les animaux par des expériences multisensorielles. Une activité motrice, de mémoire et d’association. Un jeu à partager avec les parents, qui sollicite l’attention conjointe. »

6 cartes représentent les animaux de la ferme auxquelles il faut associer la matière qui lui correspond. C’est aussi une activité qui sollicite sa reconnaissance visuelle et développe son langage en nommant les animaux.

Les cartes sont mignonnes, très colorées et solides (!!!). Et pour aider l’enfant, les cartes « animal » et « matière » possèdent la même couleur de fond.

Je vous laisse découvrir le jeu en photos et nous revenons au cas Martin ensuite 🙂

02030405

Alors je vous arrête tout de suite. Car là, vous vous dites sûrement : « Wahooouuuuu ! Il est trop fort ce p’tit mec« . Non, je ne vais pas tenir le rôle de la mère parfaite avec un enfant parfait.

La réalité, c’est que Martin a réussi à positionner la grenouille sur sa « peau » sans problème, comme à chaque fois. Une passion pour cet animal visqueux ? Je n’espère pas !
En revanche, la vache se serait retrouvée avec le pelage du poussin et le cochon avec des poils de lapin si je n’étais pas intervenue pour leur filer un coup de main. A ces animaux et à Martin, évidemment.

Il y a quelques mois encore, ce jeu n’intéressait pas Martin. Et puis j’ai retenté ma chance. Comme dit la Française des Jeux : « 100% des gagnants ont tenté leur chance ».
Et la semaine dernière, pendant que nous dînions avec Chéri-chéri, notre petit Martin a sorti ses cartes et a commencé à les associer, tout seul. Comme un grand. Il a relevé la tête et m’a balancé un grand sourire. Bam ! Genre : « tu vois Maman, je peux le faire. Mais seulement lorsque je l’ai décidé. »

Tout n’est donc pas perdu pour les puzzles 😉

PS : Certains (certaines surtout faut l’avouer) m’ont demandé que je donne les marques des fringues de Martin (quand on le visualise bien).
Donc sur les photos, il portait : un pantalon bleu marine Obaïbi, tee-shirt rayé (avec petit monstre) Billybandit, bavoir-bandana Funky Giraffe, baskets Adidas Originals (comme Maman mais avec des scratches 😉 )

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s